Journée monotone… parlons un peu travail: l’ylang-ylang

Bonjour à tous. 

Aujourd’hui semble être une journée d’une affligeante monotonie, à la maison comme au labo… par conséquent, je vais en profiter pour vous parler un peu de la plante sur laquelle je travaille. Il n’est donc pas question, ici, de torturer de pauvres animaux sans défense, de leur injecter des trucs louches et de voir s’ils en deviennent violets. Je ne fais pas dans ce genre-là. Non, je ne traficote pas non plus les plantes  en leur introduisant des gènes capables de les faire briller la nuit, moi je tente de mettre à jour la diversité morphologique, génétique et chimique de l’ylang-ylang. 

Journée monotone... parlons un peu travail: l'ylang-ylang dans Agronomie ylangylang

Ylang-ylang, c’est quoi encore ça? Non il ne s’agit pas d’un personnage de Bob Morane (Miss Ylang-ylang). L’ylang-ylang ou scientifiquement Canaga odorata (Lam.) Hook. f. & Thomson forma genuina est un arbre tropical de la famille des Annonacées. Dans cette grande famille (120 genres, 2100 espèces), on retrouve également des fruits tropicaux tels que la pomme-cannelle, le corossol et le cœur de bœuf. Cet arbre est originaire des îles Moluques, un petit archipel Indonésien. Il a été introduit dans les îles de la partie ouest de l’Océan Indien en 1770 mais n’a commencé à être exploité qu’au début des années 1900.

Mais exploité à quelles fins? Pour produire l’huile essentielle d’ylang-ylang. Cette huile essentielle est utilisée dans l’industrie cométique pour produire des parfums de luxe (tels que Chanel n°5 de Chanel, l’Air du Temps et Nina de Nina Ricci, Rouge d’Hermès, Classique de Gaultier, plusieurs parfum de Jean-Paul Guerlain, …), des parfums de masse, des savons, des détergeant, … Mais elle est également utilisée comme arôme dans l’industrie alimentaire, pour la confection de friandises notamment. 

A l’état sauvage d’arbre peut atteindre une hauteur de 30 m mais il est taillé à hauteur d’homme afin de faciliter la cueillette de ses fleurs. L’arbre est cultivé en plantations autrefois commerciales, aujourd’hui plutôt traditionnelles, avec des superficies entre 1 et 5 ha. 

arbresylangylang dans Agronomie

Pour obtenir l’huile essentielle d’ylang-ylang, il faut distiller les fleurs fraiches et matures de l’arbre. Matures? Oui, les fleurs d’ylang-ylang mûrissent. Elles apparaissent sous forme d’un petit bouton floral vert qui grandit et prend la forme de la fleur. Une fois la fleur complètement ouverte, elle passe doucement du vert au jaune vif et la base des pétales du cycle intérieur se colorent de rouge. C’est à ce moment que la fleur est mature et qu’elle doit être distillée pour obtenir la meilleure huile essentielle. Les fleurs sont collectées tôt le matin par les femmes qui les amènent ensuite à la distillerie. Les fleurs d’ylang-ylang contiennent de 1.8 à 2.5% d’huile essentielle. Ce qui signifie que pour une teneur en huile de 2%, il faut environ 200 kg de fleurs pour obtenir 2 l d’huile essentielle. 

sanstitre 

La distillation est réalisée à l’aide d’un alambic, en cuivre ou en galvanisé.  C’est le principe de l’entrainement de vapeur qui permet d’obtenir l’huile. En gros, les fleurs sont disposées dans le fond de la cucurbite, sur une grille et en-dessous, l’eau en ébullition dégage de la vapeur d’eau. Celle-ci passe au travers des fleurs et leur arrache les gouttelettes d’huile essentielle. La vapeur et l’huile monte dans le col de cygne puis arrivent de serpentin, lui-même baignant dans le refroidisseur contenant de l’eau très froide. Le mélange se condense et tombe dans le florentin. L’huile essentielle d’ylang-ylang étant plus légère que l’eau, elle flotte en surface et pourra ainsi être récoltée. L’eau de distillation quant à elle retourne dans la cucurbite. Pendant la distillation, on récolte 5 fractions différentes d’huile sur base du temps de distillation et sur base de la densité de l’huile. Ces 5 fractions ont des propriétés physico-chimiques différentes et se vendent à des prix considérablement différents. Les fractions se nomment Extra Supérieure, Extra, Première, Deuxième et Troisième. L’Extra Supérieure et l’Extra participent à la composition des grands parfums tandis que les Troisième est plutôt utilisée dans les savons. 

dscn2199 

L’huile essentielle d’ylang-ylang est produite pas 3 principaux producteurs: L’union des Comores (Grande Comore, Anjouan et Mohéli), Mayotte (101ème département français) et Madagascar. Pour ces pays producteurs, cette huile possède une grande valeur économique surtout pour l’Union des Comores où elle représente la première source de devises à l’exportation du pays. A Mayotte et à Madagascar, elle possède surtout une valeur touristique et patrimoniale. L’ylang-ylang est surtout connu en raison de la présence de Jean-Paul Guerlain sur l’île de Mayotte. Il y possédait le domaine de Combani. 

comorescanalmozambik

La filière de l’ylang-ylang rencontre actuellement de nombreuses difficultés. Les prix de vente sont en baisse en raison de la baisse de la demande et de la mauvaise conjoncture économique. La départementalisation de l’île de Mayotte oblige désormais à payer des travailleurs au SMIG et la production se fait à perte. Les plantations de Mayotte sont arrachées et remplacées par des cultures vivrières. Le frelatage de l’huile de l’Union de Comores entraine une baisse de confiance de l’acheteur qui tourne le dos à ses producteurs dans le besoin. Sans oublier d’impact écologique énorme de la distillation qui nécessite de très grandes quantités de bois et d’eau pour la chauffe et le refroidissement. 

Malgré l’importance de la plante pour l’économie et le patrimoine des pays producteurs, il n’existe aucun programme de gestion et de conservation de l’ylang-ylang. Cette plante est pourtant une ressource génétique importante et unique dans son bassin de production. C’est pour cette raison que je tente d’apporter ma pierre à l’édifice. J’espère que cette petite présentation de l’ylang-ylang vous a plu. Si vous avez des questions des commentaires à apporter, n’hésitez pas. 

Crazy Scientist.

Ainoudine S., 1983. L’économie des plantations aux Comores des origines à nos jours. Thèse de doctorat Université de Darkar (Sénégal).   

Anton  R. & Lobstein A., 2005. Plantes aromatiques. Epices, aromates, condiments et huiles essentielles. Paris, France : Tec & Doc. 

Association des Naturalistes de Mayotte, 2006. Mayotte les plantes à parfum. In: Univers Maoré (hors- série n°1). Ile Maurice, France: Précigraph. 

Benini, C., Danflous, J.-P., Wathelet, J.-P., du Jardin, P., Fauconnier, M.-L., 2010. L’ylang-ylang [Cananga odorata (Lam.) Hook.f. & Thomson]: a barely known essential oil plant in an industry at risk. Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement 14(4), 693-705 Ben

Mohadji F., 2004. Manuel de vulgarisation : techniques culturale. Cultures de Rente & Epices. Grande Comore : Maison des épices des Comores. 

Brulé Ch. & Pecout W., 1995. L’ylang-ylang : un parfum subtil. Grasse, France :V.F. aromatique, Paris et Arco-Charbot. Chaisse É. & Ferrat J.-F., 1999. L’Huile Essentielle d’ylang-ylang à Mayotte : constat et   propositions de solutions pour l’avenir de la filière. Mamoudzou, Mayotte, France: ODEADOM. 

Chalot C., 1928. La culture des plantes à parfum dans les Colonies françaises : Ylang-Ylang, Géranium Rosat, Lemon-Grass, Citronnelle, Vetiver, Patchouli, Bergamotte. Paris, France: Bibliothèque de l’Institut National d’Agronomie Coloniale.

Chatel L., 2009. La départementalisation de Mayotte. Clés Actu, 100, 1-2 Council of Europe, 2007. Natural source of flavourings : volume 2. Bruxelles, Belgium: Council of Europe Publishing. 

Cronquist A., 1988. The Evolution and Classification of Flowering Plants. New York, USA: The New 

Demarne F. E., 1996. La qualité des huiles essentielles d’ylang-ylang produites à Mayotte. Saint-Pierre, La Réunion, France : CIRAD. 

Deroin T., 1988. Biologie florale d’une Annonacée introduite en Côte d’Ivoire : Cananga odorata (Lam.) Hook. f. & Thoms. Bull. Mus. natn. Hist. nat., 10(4), 377-393.

Florence J., 2004. Flore de Polynésie française: volume 2. Paris, France : IRD éditions. 

Gaydou E. M., Randriamiharisoa R., Bianchini J.-P.,  1986. Composition of the essential oil of Ylang-Ylang (Cananga odorata Hook Fil. et Thomson forma genuina) from Madagascar. J. Agric. Food Chem., 34(3), 481-487.  

Guenther E., 1952. The essential oils : volume 5. New-York, USA: Van Nostrand Company Inc. 

Manner H.I. & Elevitch C.R., 2006. Cananga odorata (Ylang-Ylang). Species Profiles for Pacific Island Agroforestry, http://www.agroforestry.net/tti/Cananga-Ylang-Ylang.pdf, ( 04/02/09) 

Perrot J., 2009a. Production d’Ylang-Ylang : les bonnes volontés ne manquent pas, il ne faut pas les décourager. Mayotte Éco, 172. 

Perrot J., 2009b. Production d’Ylang-Ylang : Mohéli va prendre la place de Mayotte. Mayotte Éco 171.  Raymond J., 2009. Les Moluques : fabuleuses îles aux épices d’Indonésie. Lascelle, France : éditions de la Flandonnière. 

KERAI BOUDJEMAA |
2011 - Année Internationale... |
Mystères de la Dame Blanche... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jerseys123
| MARS SCOOP : Incroyables dé...
| Stefy Voyance